Les plaques de cocher

Elles font partie du petit patrimoine de nos villages et pourtant, nous passons sans cesse devant elles sans les apercevoir. Solidement accrochées aux façades de ce qui étaient alors les premières maisons de la commune, les plaques de cocher sont un souvenir du temps où la route était fréquentée par de puissantes diligences, dont le crissement des roues cerclées de fer conjugué au claquement des sabots ferrés des équipages, rythmaient la vie de nos villages.

La commune de Betz en possède encore trois dont deux ont été restaurées par des amateurs éclairés de mobilier urbain ancien.

La plus visible se trouve sur le mur situé en contrebas de l’église, rue de la libération. Sa restauration élégante lui a fait retrouver l’éclat de ses couleurs d’origine, des lettres blanches sur un fond bleu. Cette plaque en fonte annonce la commune de Betz sur ce que l’on appelait au XIXème siècle, le chemin de grande communication n°147 de Compiègne à Meaux. Elle mentionne en outre les directions des communes voisines Lévignen et Acy-en-Multien et leur distance. Pour autant, cette plaque n’est pas à son emplacement d’origine, comme en atteste le tube latéral qui devait ancrer la plaque sur un mât en fonte fixé au sol. Un poteau indicateur de la sorte se trouve encore en place à Ormoy-le-Davien.

 

Plaque de cocher à BETZ

 

Une deuxième plaque de cocher, se trouve rue Beauxis-Lagrave sur la façade du n°33 sur l’ancien chemin de grande communication n° 148 de Senlis au Canal de l’Ourcq et indique les directions de Villers-Saint-Genest et d’Antilly avec leur distance de Betz. Sa particularité et son intérêt résident dans son jumelage avec une autre plaque de fonte stipulant que « La mendicité est défendue dans le département de l’Oise », un avertissement aux indigents qui seraient venus à passer ou à séjourner

dans Betz. Cette dernière plaque rappelant les directives hygiénistes du XIXème siècle est plus rare, bien qu’on en trouve également un exemplaire à Bargny et à Lévignen.

Plaque mendicité à BETZ

 

La dernière plaque, plus discrète et moins connue se trouve 10, rue de l’obélisque. Elle est apposée sur le mur de l’entreprise Kubicki en direction de Nanteuil. Cette plaque de cocher n’a pas été restaurée et garde son aspect rouillé. De plus, une gouttière a été installée juste devant ce qui rend difficile sa lisibilité. Puisse cet article donner l’idée au propriétaire de la déplacer et la confier à Pierre Chaix qui lui redonnera son éclat d’origine. Pierre Chaix est spécialiste de l’histoire de la route et restaurateur de mobilier urbain, il a déjà restauré plusieurs plaques dont la première de Betz, celles de Sennevières et de Boullarre.. Si le sujet vous intéresse, nous vous invitons à découvrir le dossier que Pierre Chaix a publié dans le bulletin de l’Association Histoire et Archéologie de Nanteuil-le-Haudouin n°2 intitulé : « Le patrimoine routier au XIXème siècle –La plaque de cocher de Nanteuil-le-Haudouin ». Hist&A n°2, p.18 à24, septembre 2016.

 

plaque de cocher à BETZ